fbpx
Publié le 25 février 2019
Projections de films | Cabane Panache et Bois rond
Retour à la vie de quartier

La programmation de la Cabane Panache et Bois rond 2019 est vraiment très variée et offre une multitude d’activités pour tous les goûts! Si vous êtes du type frileux, nous avons une proposition qui devrait vous faire plaisir. Le samedi et dimanche, vous pourrez assister à des projections de films, et ce bien au chaud à l’intérieur!

 

 

Samedi 23 mars | Ciné-Verdun

En collaboration avec Ciné-Verdun, une après-midi de projections de films et de courts métrages sur la thématique cabane à sucre et folklore québécois vous sera offerte dans le sous-sol de l’Église de Épiphanie.

 

Quand: Samedi 23 mars, de 13 h 30 à 19 h

Où: Église de l’Épiphanie, 4322 rue Wellington

Combien: contribution volontaire *entrée gratuite pour : Le goût d’un pays

13 h 30 - Ciné-lecture pour les enfants de 4 à 12 ans

Projection de courts métrages, programmée avec la complicité de l’ONF et du Carrousel international du film de Rimouski, et lectures de contes traditionnels du Québec par la conteuse Geneviève Falaise.

(contribution volontaire)

 

Canada vignettes : la valse du maître draveur  de John Weldon – 1979 | 3 min

Entremêlé de métrages d’archives, ce court métrage d’animation raconte l’histoire d’une jeune femme qui repousse les prétendants qu’on lui destine parce qu’elle est imbue d’un maître draveur. Agile sur ses pieds grâce à son métier, ce dernier l’entraîne finalement dans une valse effrénée au rythme d’une chanson interprétée par les sœurs McGarrigle.

 

La Bastringue Madame Bolduc de George Geertsen – 1992 | 4 min

Court métrage d’animation de George Geersten sur une chanson populaire de Mary Travers, dite « La Bolduc ». Considérée comme étant la première chansonnière québécoise, madame Bolduc a enregistré La Bastringue dans les années 1930 et acquis rapidement une immense popularité au Québec et en Nouvelle-Angleterre. Elle demeure encore aujourd’hui une figure bien vivante de la culture du terroir.

 

Le merle de Norman McLaren – 1958 | 4 min

Animation de papier découpé mettant en vedette un merle qui perd tour à tour son bec, son cou, son oeil, ses ailes, ses pattes, et qui les retrouve en double et en triple, en suivant le rythme d’une chanson folklorique interprétée par le Trio lyrique.

 

Maq et l’esprit de la forêt de Phyllis Grant – 2006 | 8 min

Maq et l’Esprit de la forêt est un court métrage d’animation racontant l’histoire d’un jeune Micmac qui se fait apprendre les secrets de la vie par de discrets mentors. En traversant la forêt pour aller chez son grand-père et lui montrer un morceau de pierre qu’un Ancien lui a montré à sculpter, il croise un curieux voyageur nommé Mi’gmwesu. Celui-ci lui fait découvrir sa culture à travers les chansons, les contes et les plantes médicinales…

 

Vistas – Marche-dans-la-forêt de Diane Obomsawin – 2009 | 3 min

Cette animation fantaisiste fidèle à l’esprit des classiques de l’ONF suit le guérisseur Marche-dans-la-forêt à l’occasion d’une marche dans les bois qui conduit à la découverte d’un univers secret fascinant.

 

MacPherson de Martine Chartrand – 2012 | 10 min

Ce court métrage d’animation raconte le lien d’amitié tissé au Québec, vers 1933, entre Félix Leclerc et Frank Randolph Macpherson, un ingénieur-chimiste jamaïcain qui inspira au célèbre poète une chanson sur la drave. Entre fiction et documentaire, à travers des séquences porteuses d’Histoire et autour de la mise en images de la chanson, la cinéaste réalise une animation de peinture sur verre, évoquant avec délicatesse les sentiments qui auraient lié l’ingénieur et l’une des sœurs du poète.

 

15 h - Voyage dans les bois et le folklore du Québec des années 50’ et 60’

Projection de courts métrages documentaires de l’ONF.

Convient aux enfants

(contribution volontaire)

 

Bûcherons de la Manouane d’Arthur Lamothe – 1962 | 27 min

Court métrage documentaire, classique du cinéma direct, témoignant de la vie de 165 bûcherons isolés dans les forêts enneigées du Haut-Saint-Maurice.

 

La pitoune de René Bonnière et Pierre Perrault – 1960 | 29 min

Au Québec, sur les bords du Saint-Laurent entre Sept-Iles et Saint-Tite-des-Caps, les jeunes gens du pays s’engagent, pour attendre le temps des labours dans les chantiers, comme bûcherons l’automne, charretiers l’hiver et draveurs au printemps.

 

En r’venant de St-Hilarion de René Bonnière et Pierre Perrault  – 1960 | 29 min

Pour passer l’hiver un village de l’arrière-pays ne peut survivre sans la mémoire des chansons et les accords de la danse.

 

La drave de Raymond Garceau – 1957 | 20 min

Court métrage dans lequel l’auteur-compositeur Félix Leclerc raconte, dans une langue savoureuse, l’aventure fantastique que vivent chaque année les draveurs de la vallée de l’Outaouais. Perche ou bâton de dynamite au bout des bras, ils font franchir aux billots, des centaines de kilomètres de rivières, de chutes et de lacs. Un métier dur, impitoyable, rempli de poésie.

 

17 h : Documentaire Le goût d’un pays

 Le goût d’un pays de Francis Legault avec Gilles Vigneault et de Fred Pellerin | 120 min

Convient aux enfants.

(entrée gratuite)

Le goût d’un pays est un documentaire choral qui raconte le pays à travers un de ses rituels les plus emblématiques. C’est un hymne au sirop d’érable et au peuple qui le produit.

Dans la lumière franche et inspirante du printemps, une goutte de sève perle sur la pointe du chalumeau. Les deux poètes Fred Pellerin et Gilles Vigneault la cueillent et filent la métaphore. La tradition des sucriers prend l’allure de vibrants tableaux. La richesse des mots d’ici et la puissance des gestes simples laissent entrevoir la beauté et la fragilité de la culture québécoise.

Dimanche 24 mars | Beside

En collaboration avec BESIDE, deux séances de projections de films et de courts métrages sur les thématiques de la nature, la pêche et de la vie de bûcheron vous seront offertes au Benelux.

 

Quand: dimanche 24 mars, de 13 h 30 à 14 h 30 et de 15 h à 16 h

Où: Brasserie Benelux4026 rue Wellington

Combien: entrée gratuite

 

Société Duvetnor - Les iles sauvages et grandioses du Saint-Laurent

Fondée en 1979, la Société Duvetnor s’était donné comme objectif de protéger les iles du Bas-Saint-Laurent, lieux privilégiés de nidification pour certaines espèces d’oiseaux. Une dizaine d’années plus tard, sa mission s’est enrichie d’un volet écotouristique. Aujourd’hui, la Société permet à des milliers de personnes d’explorer des milieux naturels presque intacts, et de vivre le Saint-Laurent dans ce qu’il a de sauvage et de grandiose.

http://www.promenadewellington.com/wp-content/uploads/2019/02/0.jpg

Le travail forestier avec Patrick Riopel - Les Pionniers 

Dans ce premier épisode des Pionniers, Patrick Riopel (1936) nous parle de la vie de bûcheron dans le Québec des années 1950, et profite de l’occasion pour nous apprendre à couper un arbre en toute sécurité.

Le refuge Pageau - L'héritage de Michel Pageau 

Le Refuge Pageau (Abitibi, Québec) réhabilite chaque année plus de 150 animaux sauvages blessés, dans une optique de remise en liberté dans la forêt boréale. Le décès de Michel Pageau, son célèbre fondateur, lève le voile sur l’héritage d’une entreprise qui continue de changer le visage de l’Abitibi-Témiscamingue.

Première fois à la pêche 01 - Nouvelle vie

En sortant une canne à pêche poussiéreuse de son cabanon, Maxime se rend compte qu’il n’a pas pêché depuis trop longtemps. Même chose pour Marie-Laurence, qui n’a jamais participé au voyage de pêche familial. Le couple est justement en train de quitter la ville pour s’installer au bord d’une rivière. Une belle occasion de réactiver leurs connaissances de la pêche…

Dans l’Épisode 01, Marie-Laurence et Maxime mettent les pieds dans une réserve faunique en quête de leur tout premier brochet.

http://www.promenadewellington.com/wp-content/uploads/2019/02/premierefois_feature_episode01_fr-800x500-c-default.jpg

Beside the road - JP Tessier

À l’arrivée, les deux hommes s’empressent de dénouer les canots de leurs trailers, pour les libérer dans la rivière. Ils sont définitivement autant appréciatifs que nous, qui la voyons pour la première fois. L’eau est si limpide, que J-P nous invite à la boire. Paraîtrait-il qu’elle a un léger goût d’érable.