Publié le 13 juin 2018
#Ethel2022
Retour à la vie de quartier

LE CONTEXTE

Géographiquement localisé au cœur du centre-ville de Verdun, le stationnement Éthel représente une opportunité de requalification sans égal à Montréal. L’un des rares stationnements étagés de la métropole, il témoigne d’un courant urbanistique lors duquel le tissu social s’émiettait au rythme du développement de nos routes. Aujourd’hui, la Promenade Wellington souhaite catalyser un projet de réaménagement auprès des acteurs qui ont la capacité d’influencer sa revitalisation. Nous avons pour objectif qu’il voit le jour avant 2022.

 

LE PROJET

Aujourd’hui partiellement délaissé, les étages supérieurs du stationnement Éthel n’accueillent plus de voitures depuis quelques années déjà, laissant place à un immense potentiel de réhabilitation, une opportunité pour les citoyens de se réapproprier cet espace et d’en faire un projet identitaire. Le Camp Éthel se veut un espace inclusif, accessible et aligné avec les désirs de ses utilisateurs. Conjuguant agriculture urbaine, verdissement, art et culture, cette place publique a le potentiel de devenir un haut lieu montréalais, un symbole identitaire fort et une affirmation vers un Montréal plus durable où l’automobile n’est plus la principale source de développement économique. L’escalier monumental qui amènera les citoyens et visiteurs du trottoir jusqu’au toit constituera une signature territoriale pour la ville de Montréal ; un symbole qui alimentera les réflexions, les poussant toujours plus loin et qui élèvera le discours citoyen. Montréal se définira par son urbanité innovante et le citoyen en sera au cœur.

 

Crédit photo : ADHOC ©

« The urban landscape, among it’s many roles, is also something to be seen, to be remembered and to delight in. »

– Kevin Lynch

 

L’UTILISATION PROJETÉE

Agriculture urbaine, place publique, diffusion culturelle, programmation événementielle, événements privés… le lieu regorge de potentiels! Le stationnement sera maintenu sur les niveaux 1 à 6 et les 3 derniers niveaux seront dédiés au Camp Éthel.

 

LE SITE 

Localisé à deux pas du métro De l’Église, à Verdun, plus de 21 000 pieds carrés de superficie de stationnement sont à revitaliser avec une vue imprenable sur le centre-ville de Montréal. Propriété de la Ville de Montréal, la gestion du stationnement est actuellement confiée à Stationnement Montréal. L’infrastructure est vieillissante et a besoin d’investissements. Le stationnement sur les niveaux inférieurs est maintenu et est essentiel pour loger les voitures des visiteurs et des travailleurs du secteur. Il offre la possibilité d’orienter le stationnement sur rue vers le stationnement hors-rue, bonifiant l’espace piéton et cycliste du domaine public et contribuant à l’amélioration de la qualité de vie de tous.

 

Plan du projet stationnement Éthel – Crédit photo : ADHOC ©

 

OBJECTIFS DU PROJET

  • Créer un prétexte de chalandise pour le secteur « centre-ville » de Verdun et ses commerçants ;
  • Marquer un changement de paradigme dans la façon de réfléchir la ville, passant du tout-à-l’auto vers une appropriation citoyenne du domaine public et créer un précédent ;
  • Positionner l’arrondissement Verdun et la Ville de Montréal parmi les plus novateurs en termes de verdissement et d’intensification des activités urbaines, contribuant à la réduction de l’étalement urbain ;
  • Créer un lieu inspiré et inspirant, où la conjugaison du design et de la programmation sont des vecteurs de rassemblement et de socialisation ;
  • Être un laboratoire d’agriculture pour une transition vers une agriculture plus raisonnée où la sensibilisation des plus jeunes occupe une place importante.

 

Toit du stationnement Éthel – Crédit photo : ADHOC ©

 

RETOMBÉES ET BÉNÉFICES

Au plan culturel :

  • Diffusion et valorisation de l’architecture locale et novatrice ;
  • Mise en valeur de l’environnement bâti existant ;
  • Rayonnement international des pratiques et de la culture locale ;
  • Démocratisation de la culture.

 

Au plan économique :

  • Stimulation du tourisme urbain ;
  • Accroissement de l’attractivité de la ville ;
  • Stimulation des investissements privés ;
  • Accroissement de la fréquentation des commerces locaux.

 

Au plan environnemental :

  • Valorisation des modes de transport écologiques ;
  • Accroissement des projets de construction durable ;
  • Émergence d’un cadre de vie urbain de qualité ;
  • Promotion de l’agriculture urbaine et des circuits courts alimentaires ;
  • Atténuation des îlots de chaleur urbain ;
  • Augmentation de la biodiversité et des polinisateurs.

 

Au plan social :

  • Création de prétextes de socialisation ;
  • Promotion d’un mode de vie urbain et sain ;
  • Accroissement de l’implication citoyenne dans les projets urbains ;
  • Concertation en vue de développer un cadre urbain de qualité, prenant en considération les besoins locaux ;
  • Organisation d’activités à saveur environnementales pour les jeunes : classes en plein-air, nuitée Scouts, initiation à l’agriculture urbaine.

 

 

«Des espaces urbains de qualité contribuent à l’avènement d’une société durable, ouverte et démocratique. »

– Jan Gehl, Architecte danois

 

 

ACTIONS MENÉES JUSQU’À CE JOUR :

 

2011 à 2018 :

  • Diffusion de spectacles dans le cadre du Festival Marionnettes Plein la rue

 

2016 :

  • Dépôt de l’étude de faisabilité produite par Credo et financée à partir de la subvention Développement des affaires de la Ville de Montréal (programme unique aux SDC) ;
  • Réalisation d’une murale sur les 21 000 pieds carrés du toit par les artistes Ella et Pitr
  • Diffusion d’une prestation musicale dans le cadre du Festival des Percussions

 

2017 :

  • Diffusion de deux soirées de musique expérimentale et performance sur pellicule produite par OK LÀ

 

2018 :

  • 4 soirées de musique expérimentale ;
  • 1 matinée Creative Morning ;
  • 1 conférence sur la Vision de développement stratégique de la Promenade Wellington ;
  • 2 soirées de projection de courts métrages dans le cadre du Festival Longue vue sur le court ;
  • Aménagement de mobilier urbain et bacs d’agriculture urbaine par l’organisme ‘Ça Pousse’ pour en faire un projet pilote. Puisque le toit du stationnement n’est pas équipé d’eau, le recours à un système de récupérateurs d’eau consiste en la seule solution à l’heure actuelle pour créer un lieu fertile. Ça Pousse considère que les contraintes du lieu stimulent la créativité et l’originalité du projet.

 

 

 

VOUS AUSSI VOUS CROYEZ EN CE PROJET? SOUTENEZ-LE AVEC LE #ETHEL2022

 

Utilisez le hashtag #Ethel2022 pour nous faire part de vos expériences sur le toit ou encore pour nous partager ce que vous imaginez! La force de la communauté sera essentielle afin de soutenir ce projet auprès des différents acteurs et donner vie au Camp Éthel!