Publié le 19 avril 2019
Café le 5e, commerce local et écoresponsable
Retour à la vie de quartier

Le Café le 5e s’est installé sur la Well (au plus grand bonheur de tous) en 2017! Ce merveilleux projet, financé par des gens comme vous et moi grâce à la plateforme de socio-financement Ulule, a pu voir le jour grâce à la grande sensibilité environnementale des deux copropriétaires : Vincent et Dorian. Comme le mois d’avril est reconnu comme étant «le mois de la Terre», on a décidé de vous parler un peu plus de leur commerce zéro déchet et par le fait même, souligner d’autres belles initiatives sur la Wellington.

 

On ne constate pas la vitesse à laquelle on produit des déchets ici, alors qu'ils sont cachés de notre vue!
Comment avez-vous eu l’idée d’avoir un café zéro déchet?
V – Je pense que c’est important de souligner que Dorian et moi nous sommes connus avec le projet du café zéro déchet. En effet, de mon côté, j’ai été très sensibilisé face à l’empreinte environnementale de notre société en voyageant dans des pays dépourvus de système de gestion des matières résiduelles. On ne constate pas la vitesse à laquelle on produit des déchets ici, alors qu’ils sont cachés de notre vue! De là, j’étais déterminé à travailler vers la diminution de notre empreinte environnementale, et j’ai rencontré Dorian qui m’a introduit aux prouesses de Béa Johnson (auteure de « Zero Waste Home ») ainsi qu’à l’idée de démarrer un café zéro déchet.
D – L’idée est venue d’un projet de café étudiant à l’École de Technologie Supérieure (ÉTS). Nous faisions aussi partie de l’Association du Bâtiment Durable de l’ÉTS. Nous voulions un café écologique, mais c’est seulement lors d’une conférence de Béa Johnson à Montréal que j’ai découvert le Zéro Déchet. Simon Fonseca et moi avons donc décidé de faire en sorte que le café soit Zéro Déchet et nous avons également commencé à l’appliquer dans nos vies personnelles. Nous avons remarqué rapidement que le défi d’être Zéro Déchet était aussi dur à la maison qu’à l’extérieur dans les restaurants, bars, cinémas, hôtels, avions, etc. Cela nous a encore plus motivés à faire du 5e, un café Zéro Déchet.
Quelles sont les initiatives que vous prenez en tant que commerce zéro déchet?
Comme commerce zéro déchet, nous avons 3 dimensions à prendre en compte : nos fournisseurs, nos clients et notre organisation.
Ainsi, nous nous fournissons avec des produits biologiques, locaux dans la mesure du possible et équitables autrement dit, dans des contenants réutilisables ou recyclables.
Nous avons aboli tous les contenants à usage unique pour emporter, et valorisons les contenants réutilisables. Nous proposons aussi des alternatives à nos clients (comme La Tasse ou de simple pots Mason).
Notre cuisine est optimisée de manière à limiter les pertes : pratiquement tout dans notre frigo sera consommé! Le choix d’un menu végétalien suit la même logique afin de faire découvrir à notre clientèle une cuisine qui a moins d’impact sur l’environnement.
Quels sont les enjeux d’avoir un commerce zéro déchet?

L’un des plus grands enjeux que je vois pour un commerce zéro déchet est de contribuer au changement des habitudes de notre société. On est tellement habitués maintenant à consommer dans des emballages à usage unique, c’est tellement simple comme ça! Pour l’instant, il y a une importante différence de prix entre des produits locaux, équitables et biologiques versus des produits suivants une production de masse dans des pays sans norme d’équité. Alors c’est toujours un bon défi pour un commerçant d’offrir un produit abordable qui répond aux attentes de tous, tout en étant zéro déchet!

 

Je pense que le zéro déchet ne devrait pas être perçu comme une tâche à introduire au quotidien, mais plutôt comme un processus naturel de prise de conscience.
Si vous aviez un conseil à donner aux gens qui veulent introduire le zéro déchet dans leur quotidien, quel serait-il?
V – Voyagez! (mais pensez à redonner une compensation pour l’émission de CO2 du vol d’avion) Vraiment, je pense que le zéro déchet ne devrait pas être perçu comme une tâche à introduire au quotidien, mais plutôt comme un processus naturel de prise de conscience. Le zéro déchet doit toujours rester agréable et simple afin d’être réellement efficace.
D – Je pense que la première étape est de regarder ce que l’on jette. Le Zéro Déchet est un objectif à long terme qui demande de la patience et de la constance. En d’autre mots, ça serait de passer à « Un déchet de moins cette semaine ». En regardant sa poubelle, son bac de recyclage et son bac de composte avec l’objectif de réduire au minimum chacun des bacs mais en y allant progressivement, on a un excellent point de départ! La première étape serait aussi de prendre ça comme un jeu, une mission agréable et motivante! Ça aide à pas s’en vouloir et à motiver son entourage car si ça n’a pas l’air fun votre entourage ne voudra pas embarquer!
Quelques belles initiatives des commerçants de la Promenade Wellington :
  • LOCO s’approvisionne localement et pratiquement sans déchet et offre de nombreux produits en vrac. Il offre également beaucoup de produits écologiques / écoresponsables pour accompagner sa clientèle dans la transition vers le zéro déchet
  • Audacieuse Vanille offre des pâtisseries faites à partir de produits locaux, équitables et véganes et fait ses livraisons de pâtisseries dans des contenants réutilisables.
  • Chez Robin Marché Local offre un vaste choix d’aliments sains et biologiques du Québec ainsi que beaucoup de produits en vrac.
  • La Mistinguette offre des produits naturels et d’éco-designers québécois et offre aussi une belle gamme de produits nettoyants en vrac.
  • Les bars Social et Palco ont aboli les pailles en plastique et utilisent des pailles compostables.
  • Crèmes Boboule a éliminé les bouteilles d’eau dans son commerce et offre de l’eau en fontaine.
  • Fruiterie Vert Pomme a supprimé le suremballage et présente ses produits dans des paniers.
  • Beardlington s’approvisionne en shampoing et revitalisant directement Chez Robin Marché Local avec leurs produits en vrac pour éliminer l’achat de bouteille en plastique et a également éliminé les bouteilles d’eau pour vous offrir l’eau en fontaine.
  • Beardlington et Mëdz Salon Verdun sont tous deux membres de Green Circle Salons, un organisme environnemental qui récupère les cheveux teints ou avec permanente qui ne sont pas compostables pour les transformer en bioplastique.
  • Boutique Réunion dédie une section entière de la boutique à des produits écologiques / écoresponsables pour accompagner sa clientèle dans la transition vers le zéro déchet. Ils ont éliminé énormément de lignes de vaisselles, nappes et outils de cuisine venant de Chine pour les remplacer par des lignes faites à Montréal ou au Québec. Tous les produits ménagers vendus et utilisés sont entièrement biodégradables en 28 jours et sont fait à Montréal par The unscented company.

 

© Caroline PERRON